Charles Mercereau (1822-1864)

 

La production de ce dessinateur de vue, originaire de Charente-Maritime, est vulgarisée à la fin de l’âge d’or de la lithographie, autour de 1860, à travers des albums intitulés Vues des Hautes-Pyrénées ou Ponts et cascades des Pyrénées, et sa collaboration à La France de nos jours (Sinnett, 1853-1876).

Planches extraites de Ponts et Cascades des Pyrénées,
Paris, F. Sinnett, ca. 1860

Mercereau, Pont de Sçia, MIDR
Pont de Sçia

Mercereau, Cascade d'Oo, MIDR
Cascade d'Oc
Mercererau, Cascade du Coeur, MIDR
Cascade du Coeur


Fête de la St. Jean, MIDR
Fête de la St. Jean

C’est en tant que pourvoyeur de paysages ou arrière-plans paysagers qu’il collabore au recueil de costumes et coutumes rassemblés par son collègue Maurice, dans l’Album Promenades dans les Pyrénées : Vues, Sites, Costumes et Moeurs les plus remarquables de ce Pays. Stylistiquement, il affectionne la lithographie en camaïeu, dont l’aplat bistre adoucit les traits d’une nature sauvage et grandiose. Ses dessins originaux sont souvent travaillés sur papier coloré, bleu notamment, préfigurant leur traitement lithographique. Il est représenté dans le manuscrit Houbigant avec deux illustrations extraites de l'Album Promenades dans les Pyrénées, par Ch. Mercereau et C. Maurice.

 

 

 

 

 


Hélène Saule-Sorbé, Professeur des Universités en Arts plastiques
Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

Un mariage sortant de l'église, MIDR
Mariage sortant de l'église


Pour en savoir plus :

* Marguerite Gaston, Images romantiques des Pyrénées, Les Amis du Musée pyrénéen, Pau, 1975
* Hélène Saule-Sorbé, Pyrénées, Voyage par les images, Ed. de Faucompret, Serres-Castet, 1993.